21 septembre 2009

Quinte Flush.

Wanted_home

Cinématic Orchestra : Ma fleur.

Ca ressemble à de l'apnée. Ca vous plonge dans quelque chose de crémeux et de sombre, je dirai bleu marine. Le rythme reste entier, changeant, dansant : C'est le votre, peu importe sur quel continent vous êtes. Parfois, la reine Migraine organise son grand dîner de douleurs, comme un gamin qui joue à la dinette elle casse ses assiettes entre vos tympans. Vous avez changé, vous froncez les sourcils, vous avancez encore, vous n'allez pas vous arrêter. Vous serrer votre nounours sans yeux dans les doigts. Une chanson de The cat empire passe dans les écouteurs, vous n'avez pas de maison, vous marchez.
Milo frappe d'un poing et guéri de l'autre. Il n'y a personne. Les photos défilent, vous détaillez les visages, une crampe vous chatouille les viscères. Vous coupez votre temps en quartiers comme une clémentine : Un mois, deux mois, probabilités, angoisse d'agrume et rêves sans pulpe. Il y a comme une ombre derrière vous et c'est encore vous. Vous n'êtes plus que Le grand méchant Moi.

Quelque part ça ressemble à de la philosophie. Comme il y a le le Moi, le sur-moi et le ça, il y aurait subitement le Milo, la Brindille et le Moi. Le résultat se compte en nombrils, c'est ça qui est facheux. Parce que les gens qui n'ont qu'un nombril dans le crâne, je connais, et vraiment je refuse. Alors quoi?

Admettons que j'appuie trop tôt sur la gachette, admettons que je mange la peau de l'ours avant de l'avoir aperçu. Théorie selon laquelle on ne fait que des erreurs. Théorie selon laquelle je suis la meilleure. Plus personne ne cherche le bonheur, tout le monde fantasme sur sa bonne heure, moi je compte misérablement les jours.

J'avais cent ans, j'me reconnais plus. J'aime plus les gens, depuis que je t'ai vu.

L'essentiel change de définition sans arrêt. Moi aussi.

Posté par salefee à 21:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Quinte Flush.

Nouveau commentaire